Securité Privée. Voir le replay webinar. Sécurité Privée : face au défi du COVID 19, transformer les contraintes en opportunités

Pour nos intervenants, le constat est simple. Les autorités publiques ne semblent pas avoir pris conscience de l’implication des acteurs de la sécurité privée dans la gestion de la crise de la COVID-19. Pourtant les opérateurs ont su faire preuve de la responsabilité que la situation exigeait et il faut rendre hommage femmes et des hommes du métier dont l’engagement a été sans faille malgré des conditions de mission difficiles.


 

Dans le même temps, des activités spécifiques se retrouvent dans des situations économiques dramatiques.

Les sociétés de sécurité événementielle et de sûreté aéroportuaires doivent ainsi faire face à des perspectives très incertaines alors qu’elles n’ont été intégrées à aucun des plans sectoriels de sauvegarde annoncés par le gouvernement.

L’absence de reconnaissance de l’Etat interroge profondément le secteur de la sécurité privée dans la perspective du développement du continuum de sécurité, que pourtant l’ensemble des parties appellent de ses vœux, mais qui demande le respect des partenaires et une relation rééquilibrée à la hauteur des enjeux.


Thierry Marchand
22/06/2020

Trois questions à Christophe Aubertin. Maître de conférences en Droit privé et Sciences criminelles, Université de Paris

Trois questions à Christophe Aubertin. Maître de conférences en Droit privé et Sciences criminelles, Université de Paris

/ Le secteur de la sécurité privée est en fort développement, et a su s’adapter à de nombreuses réformes comme nous l’a présenté Claude Tarlet. Quelles seraient dans le contexte particulier que nous vivons, vos recommandations, pour poser les prochaines étapes d’évolutions positives ? Quelles seraient les solutions à mettre en œuvre pour qu’advienne le continuum de sécurité largement annoncée ?

La sécurité privée est aujourd’hui un acteur indispensable de la sécurité globale. Il est vrai que la protection des personnes et des biens contre la délinquance est une des missions régaliennes de la puissance publique. Mais l’État ne saurait répondre à tous les besoins de sécurité au moyen de la seule force publique. Il a besoin du concours des entreprises de sécurité privée qui emploient à présent environ 150 000 agents et réalisent un chiffre d’affaires d’à peu près 8 milliards d’euros.   

L’une des clés de la sécurité globale est donc la coordination entre la sécurité publique et la sécurité privée, qui contribue au continuum de sécurité. Il existe d’ores et déjà des exemples réussis de coproduction de sécurité, notamment dans le secteur des transports. La sûreté aéroportuaire, même si elle est très affectée actuellement par la crise sanitaire, montre la voie à suivre : amélioration de la formation des agents, augmentation des rémunérations et optimisation de qualité des prestations permettent au continuum de se déployer dans les aéroports, en s’appuyant sur la confiance réciproque entre partenaires publics et privés.

Thierry Marchand
17/06/2020

Trois questions à Catherine Piana, CoESS. "Les Autorités doivent donner au secteur les moyens d’exercer son métier car elles ont besoin des acteurs de la sécurité privée".


On constate des disparités notables dans l’utilisation des services de sécurité privée dans la gestion de la sûreté globale (publique et privée) des pays de l’espace européen. Cela correspond sans doute à une histoire, une culture et une organisation différente. Toutefois, les missions restent fondamentalement les mêmes. La crise actuelle, autant sanitaire qu’économique voire sociale, vous semble-elle de nature entraîner une convergence entre les différents systèmes existants voire à faire émerger un nouveau modèle plus efficient ?

Ce que la crise actuelle a mis en lumière de manière évidente, c’est que la sécurité privée exerce une fonction essentielle pour la société. Plusieurs représentants d’Etats membres, au plus haut niveau, dont le Président Macron ou la Première Ministre belge Sophie Wilmès, ou encore la Commission européenne, l’ont exprimé.  

Je pense que beaucoup d’acteurs de la sécurité privée, de l’agent de sécurité qui fait son métier avec sérieux et motivation, au chef d’entreprise, à nous qui représentons la profession, avons été frappés et touchés de cette reconnaissance.  

La suite logique c’est de traduire les mots en actions.  Je pense qu’il y aura convergence mais celle-ci prendra du temps et devra se faire en cohérence avec la culture de chaque pays. Certains pays sont plus avancés que d’autres pour toute une série de raisons.  Mais les crises sont toujours l’occasion d’apprentissages et d’évolution et donc je crois beaucoup dans l’utilisation des leçons et leur transposition en mesures concrètes.
 

Et, bien entendu, pour la CoESS, ces mesures doivent respecter nos valeurs-phares : sécurité, conformité, qualité, confiance.


Catherine Piana. Directrice générale de la Confédération Européenne des Services de Sécurité - CoESS et d’ASSA-i
06/06/2020

Trois questions à Claude Tarlet, président de la Fédération française de la sécurité privée "Il faut rendre l’offre de sécurité beaucoup plus sophistiquée intégrant de l’intelligence, des technologies et des ressources humaines "

Contexte sécuritaire dégradé, multiplication et diversification des risques et menaces : les métiers de la sécurité privée sont de plus en plus sollicités. Or les récentes évolutions économiques généralistes (notamment Loi Sapin 2, RGPD…) s’avèrent contraignantes pour ce secteur très spécifique majoritairement constitué de PME. Le gouvernement travaille sur une nouvelle édition du Livre blanc de la sécurité intérieure, qui fournira de nouvelles orientations sur le rôle de la sécurité privée auprès des services publics.

Trois questions à Claude Tarlet, président de la Fédération française de la sécurité privée


Le constat

Du fait notamment de la généralisation de l’usage de nouvelles technologies, le recrutement devient plus exigeant. Cela implique d’identifier des profils plus qualifiés. Or le domaine reste peu valorisé donc peu attractif (comme l’illustre par exemple le traitement médiatique de la crise du COVID-19, qui occulte totalement l’engagement des agents de sécurité, pourtant en première ligne dans divers secteurs).

@Claude_Tarlet ITV @Cynthia Glock
20/05/2020




Webinar Security-Day – 18 juin - Sécurité Privée : face au défi du COVID 19, transformer les contraintes en opportunités



• En avant-première de la Matinale Mercredi 16 septembre 2020 •
Maison du Management Paris

« 
Sécurité Privée : face aux nouveaux freins du business,
passer de la défensive à l’offensive ! »


Compte tenu des incertitudes quant à la possibilité d’organiser une manifestation publique même après le 2 juin et souhaitant proposer à l’ensemble des participants les meilleures conditions d’échange autour de sujets aussi sérieux, Security-Day a décidé de reporter la 1ère Edition de ses matinales.
Ce webinar du 18 juin a déjà reçu le soutien de la FFSP de la CoESS, du 
SCS, l'OPSE et OCPR Events .


En attendant, Security-Day et son Comité Scientifique vous proposent de nous rejoindre le 18 juin prochain lors d’un webinaire exceptionnel.

Catherine PIANA , directrice générale de la CoESS,

Claude TARLET, président de la FFSP

Christophe AUBERTIN, Maître de Conférences,

nous feront part de leur vision du secteur de la sécurité privée,
les enjeux qui sont les siens  et les solutions pour y répondre
.

Inscrivez-vous dès maintenant !


Jacqueline Sala
07/06/2020




Matinale Security-Day. 18 juin 2020. Invité Spécial et Membre du comité de programme : Claude Tarlet. Président de la FFSP



Télécharger le format PDF de l'annonce

newsletter2_sd_.pdf Newsletter2 SD .pdf  (444.66 Ko)
Jacqueline Sala
02/04/2020



Partager ce site









Inscription à la newsletter



Les News

Trois questions à Catherine Piana, CoESS. "Les Autorités doivent donner au secteur les moyens d’exercer son métier car elles ont besoin des acteurs de la sécurité privée".

06/06/2020 - Catherine Piana. Directrice générale de la Confédération Européenne des Services de Sécurité - CoESS et d’ASSA-i

OCPR EVENTS

06/05/2020 - Jacqueline Sala